rts.ch/osr OSR RTS
OSR
  1
ANS
CLIQUEZ POUR COMMENCER
logo RTS
1918 ◦ 2018

Les cinq chefs qui ont marqué l’histoire de l’OSR

Pour parcourir la mémoire de l'OSR, la RTS propose une expérience immersive qui plonge le public dans cinq périodes marquantes de l’orchestre.

Entre souvenirs et archives inédites, les musiciens racontent l’excitation des tournées, le quotidien dans les rangs, les tics et les qualités des chefs qui se sont succédé à la tête du Romand.

© AFC / Leemage rts.ch/osr OSR RTS
© AFC / Leemage
1918 ◦ 1967

Ernest Ansermet, le patron

Fondateur de l’OSR, le chef vaudois a régné en maître incontesté pendant près d’un demi-siècle. Il a œuvré, obstinément, pour façonner le son unique de l’OSR, essentiellement par les répertoires français et russe et son amitié avec les compositeurs de la première moitié du XXe siècle.

Ernest Ansermet

La si particulière gestique d’Ansermet

Les musiciens de l’OSR évoquent la gestique du chef vaudois, difficile à comprendre pour les jeunes musiciens de l’époque. Aujourd’hui, ils émaillent leur témoignage de savoureuses anecdotes.

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
Ernest Ansermet

“La boîte à joujoux“ de Claude Debussy

Célèbre enregistrement de la répétition du 28 février 1957. Ernest Ansermet y préparait l'OSR pour un enregistrement commercial. Ces extraits ont été pris sur le vif.

Ernest Ansermet

Et Ansermet créa l’OSR

Le jeune Ernest est à Paris en 1915 quand débarquent les fameux Ballets russes. Sur le conseil de Stravinski, Ansermet dirigera les Ballets russes en tournée aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, en forgeant sa notoriété à l'étranger. De retour en Suisse, il dirige au Victoria Hall, le premier concert de l’Orchestre de la Suisse Romande, le 30 novembre 1918.

Ansermet le terrien

“Il est de chez nous”

Révéré en Amérique du Nord ou au Japon, Ernest Ansermet a conquis le monde avec son orchestre. Mais les succès “monstres” qu’évoquent ses musiciens n’ont pas changé le terrien qu’il était.

© Hank Kranzler, Archives OSR rts.ch/osr OSR RTS
© Hank Kranzler, Archives OSR
Ernest Ansermet

La tournée américaine

Apprécié en Suisse, Ansermet était adulé aux Etats-Unis. Le 18 juin 1966, l'Orchestre de la Suisse romande part pour son premier voyage aux Etats-Unis. Il y obtient un succès phénoménal.

Ernest Ansermet

Quand Ansermet explique la musique

Ernest Ansermet a une façon bien à lui d’expliquer ses intentions aux musiciens. Onomatopées, bruits divers et autres mouvements de mains accompagnent les répétitions. A Radio-Genève, répétition avec Sylvia Marlowe et un groupe de musiciens de l'OSR, dans un extrait de l'émission "Personnalités suisses".

© Archives RTS rts.ch/osr OSR RTS
© Archives RTS
Ernest Ansermet

Petrouchka d’Igor Stravinski

En 1949, Ansermet enregistre Petrouchka d’Igor Stravinski. La qualité technique et sonore est telle que pendant de longues années, cette version servira d’étalon pour tester les tourne-disques et leur amplification. Extrait d'une radio-scolaire avec les commentaires du chef vaudois.

© Pablo Picasso, Archives OSR rts.ch/osr OSR RTS
© Pablo Picasso, Archives OSR
Ernest Ansermet

“Nimmt von uns, Herr, du treuer Gott” de J.S. Bach

Ernest Ansermet a eu le flair de miser sur la vivacité du terroir artistique romand. Il a vite compris qu’il y avait un très fort potentiel à exploiter, en s’appuyant notamment sur la tradition chorale de Suisse romande. Une archive de la RSR de 1968, avec le Chœur Pro Arte de Lausanne.

© Michael Rougier/The LIFE Picture Collection/Getty Images rts.ch/osr OSR RTS
© Michael Rougier/The LIFE Picture Collection/Getty Images
1970 ◦ 1980

Wolfgang Sawallisch,
le Kapellmeister

L’OSR et le public romand ont de la peine à faire le deuil d’Ansermet, sa succession s’avère difficile. L’arrivée du chef bavarois redonne l'envie de jouer, sa rigueur et sa quête de perfection forcent le respect des musiciens. Sawallisch insiste sur les grands classiques du répertoire allemand.

Rigueur et perfection germaniques

“J’ai appris la musique avec lui”

Les musiciens de l’OSR se rappellent de répétitions qui étaient de véritables leçons de musique. Le travail avec Sawallisch était une "merveille". Mais la différence entre répétitions et concerts était notable.

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne  rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
Wolfgang Sawallisch

L’arrivée de Wolfgang Sawallisch

Après le départ de Paul Klecki, l'OSR fait appel au chef bavarois Wolfgang Sawallisch. Il a déjà de multiples engagements, notamment comme directeur artistique du Bayerisches Staatsorchester mais il accepte de collaborer étroitement avec l'OSR. Dans cette archive radio le chef allemand explique les termes de sa collaboration avec l'orchestre.

Wolfgang Sawallisch

“Vier letzte Lieder” de Richard Strauss

Magnifique interprétation par une des sopranos les plus populaires au monde, l'américaine Jessye Norman. Avec Wolfgang Sawallisch à la tête de l'Orchestre de la Suisse romande, un extrait du concert du 19 septembre 1979, à l'occasion du salon Telecom 79.

Archive OSR – photo: Sabine Toepffer rts.ch/osr OSR RTS
Archive OSR – photo: Sabine Toepffer
Wolfgang Sawallisch

“Fantaisie pour piano, choeur et orchestre en do mineur” de Ludwig van Beethoven

Reconnu comme chef symphonique et lyrique, Wolfgang Sawallisch était aussi un interprète particulièrement subtil au piano.

Wolfgang Sawallisch

Le départ du maître

Après dix ans à la direction artistique de l'Orchestre de la Suisse Romande, Wolfgang Sawallisch quitte Genève. Cumulant ce poste avec d'autres orchestres, il lui faut faire un choix.

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne  rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
1985 ◦ 1997

Armin Jordan, le chef tant aimé

Quittant l'Orchestre de Chambre de Lausanne pour l'OSR, Armin Jordan le biennois est arrivé en voisin et en terrain connu. Sa double culture latine et germanique en fait le continuateur idéal d'Ansermet. Les douze ans passés à Genève ont laissé jusqu’à aujourd’hui une empreinte profonde au sein de l’orchestre.

Armin Jordan

“Il voyageait avec nous, il buvait des verres avec nous”

Avant d’être chef d’orchestre, Armin Jordan était surtout un ami, proche de ses musiciens. Son époque est celle d’un orchestre qui se vivait comme une grande famille.

Armin Jordan

Armin Jordan, la gestique de la passion musicale

Trois attitudes, trois moments de musique avec Armin Jordan qui démontrent à quel point son expression correspondait à la musique qu’il dirigeait. Entre bonheur et gravité, Jordan vivait la musique. Physiquement.

Armin Jordan

Les souvenirs d’enfance d’Armin Jordan

Sur le plateau de Zig Zag Café, Armin Jordan explique pourquoi, enfant, il détestait Wagner. Pas sa musique. Mais parce que les ballades dominicales familiales passaient souvent par Triebschen, là où se trouvait la villa de Wagner. Or, ces balades finissaient toujours par une fessée…

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne  rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
Armin Jordan

“Les maîtres chanteurs de Nuremberg” de Richard Wagner

Extrait d'un enregistrement réalisé lors du 41e Festival de Musique, Montreux-Vevey.

Armin Jordan

“C’est le chef qui nous faisait confiance”

La relation qu’Armin entretenait avec ses musiciens était chaleureuse. Sous sa baguette, l’OSR retrouve le "son" historique de l’orchestre et surtout, un style. Avec lui, la musique devenait "magique", confient ses musiciens.

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne  rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
Armin Jordan

“Boléro” de Maurice Ravel

Un enregistrement du mythique Boléro, sous la direction d’Armin Jordan.

© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne  rts.ch/osr OSR RTS
© Jean Mohr, Musée de l'Elysée, Lausanne
Armin Jordan, portrait d'un jeune chef suisse

Armin Jordan

En février 1974, l'émission En personne suit le chef d'orchestre Armin Jordan entre les deux pôles de sa vie: le théâtre de la ville de Bâle et l'Orchestre de Chambre de Lausanne. En salle de répétition avec les musiciens, dans le train, chez sa mère, seul dans sa loge avant le concert ou au bistrot, Armin Jordan se confie.

© Markenfotografie, Archives OSR rts.ch/osr OSR RTS
© Markenfotografie, Archives OSR
2005 ◦ 2012

Marek Janovski,
le bâtisseur

Le musicien germano-polonais est intransigeant, perfectionniste. Ses sept ans à l'OSR sont, pour l'orchestre, une leçon de rigueur et parfois de sévérité. Un chef pour Bruckner en somme, compositeur dont il jouera toutes les symphonies avec l’OSR.

Marek Janowski

“Il disait ‘Nicht kunst!’ on ne fait pas de l’art ici!“

Un puzzle qu'on ne pouvait recomposer, tel était l'OSR après le départ d’Armin Jordan. Le chef allemand Marek Janowski arrive à Genève dans ce contexte difficile, précédé par sa réputation de "bâtisseur d’orchestre". Son caractère explosif côtoie un travail fanatique sur l’équilibre musical entre les instruments. Son geste pouvait être très en avance par rapport au tempo, générateur d'une confusion parfois loufoque, comme le disent les musiciens.

© Philippe Christin, Archives RTS rts.ch/osr OSR RTS
© Philippe Christin, Archives RTS
Marek Janowski

Quatrième Symphonie en Mi bémol majeur d’Anton Bruckner

Le deuxième mouvement, andante quasi allegretto, sous la baguette de Marek Janowski.

Marek Janowski

“Le répertoire français ne sert à rien!”

Trois jours de répétitions en compagnie du chef Marek Janowski en prévision d'une performance de la 1ère symphonie de Brahms. Un travail fait de détails et parfois de conflits entre le chef et les musiciens. Extrait de l'émission "Chut" qui s'est glissée dans l'intimité des répétitions.

© Fred Toulet/Leemage rts.ch/osr OSR RTS
© Fred Toulet/Leemage
Marek Janowski

Huitième Symphonie d’Anton Bruckner

Le Finale, sous la baguette de Marek Janovski, un enregistrement réalisé au Victoria Hall.

© Guillaume Megevand rts.ch/osr OSR RTS
© Guillaume Megevand
2017 ◦ présent

Jonathan Nott, la nouvelle génération

Avec le charisme évident d'un chef “moderne” dans tous les sens du terme et premier Britannique à ce poste, Jonathan Nott convainc plus qu’il n’impose. Le chef a séduit le public et les musiciens, dès son arrivée. Son large répertoire n’évite pas le XXe siècle, voire le XXIe.

Jonathan Nott

“C’est très rare de voir des chefs aussi souriants”

Jonathan Nott transmet sa joie de diriger, notamment par le regard qu’il pose sur tous ses musiciens. En concert, ce bonheur transforme quasiment son visage en partition. En répétition, il est un chef d’orchestre en recherche: quel est le meilleur chemin dans une œuvre pour obtenir le plus de musicalité possible?

Jonathan Nott

“Valses nobles et sentimentales” de Maurice Ravel

ORS 100 ANS

Qu’est-ce que le son de l’OSR?

Le son d’un orchestre réside constitue sa marque de fabrique. Mais qu’y a-t-il de si particulier dans le son de l’OSR ? Durant son histoire centenaire, les chefs ont toujours essayé de donner une couleur, une sonorité unique. Pour les membres de l’orchestre le son de l’OSR est tantôt léger, grâce au répertoire français, tantôt chaud et sombre avec le répertoire germanique.

© Hank Kranzler, Archives OSR rts.ch/osr OSR RTS
© Hank Kranzler, Archives OSR

OSR 100 ANS


Un projet de RTS Culture avec la collaboration de l'Orchestre de la Suisse Romande.


JOURNALISTE
Benoît Perrier
Miruna Coca-Cozma


PRODUCTION
Vanina Delley
Miruna Coca-Cozma


SITE INTERNET
Daisy Bell


SUIVEZ NOUS SUR
facebook
instagram
twitter


www.rts.ch


CHEF OPERATEUR
Patrick Mounoud


PRENEUR DE SON
Ivan Hofer


MONTAGE
Mireille Senn


MIXAGE
Edgar Biondina


ETALONNAGE
Anne-Laure Sacher


MOTION GRAPHISME
Noémie Imhof


DOCUMENTATION
Nicolas Favre
Marielle Rezzonico
Josette Suillot
L’équipe D+A de la RTS


IMAGES
Archives RTS
Archives OSR
Musée Elysée Lausanne
AFP, Getty Images, Markenfotografie, Leemage

REMERCIEMENTS
Mélanie Bétrisey
Laurence Paillot
Guillaume Poupin